Des infrastructures de pointe pour le développement socio-économique du Togo

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Avec l’amélioration permanente de l’environnement des affaires et le nouveau code des investissements, le Togo offre des opportunités aux investissements privés dans le domaine des infrastructures aussi.

Pour la construction, le renforcement et l’aménagement de ses infrastructures routières, aéroportuaires et ferroviaires, le Togo a lancé plusieurs travaux alignés sur le Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Déjà, le Togo possède des infrastructures telles que le Port de Lomé, seul port en eau profonde (16 mètres) de la sous-région avec un troisième quai minéralier achevé, une nouvelle aérogare dernière génération et un important réseau routier qui relie le pays à ses voisins.

Concernant les routes, plusieurs projets de construction et de réhabilitation sont en cours.

Par ailleurs, le Togo prévoit mettre en place un réseau ferroviaire qui doit relier Lomé à Cinkassé. Il s’agira d’un chemin de fer qui combinera le transport de personnes et de produits (ressources minières et marchandises) à acheminer à travers le Togo, à l’exportation et/ou en transit vers les pays de l’hinterland.

Ce projet d’infrastructure stratégique permettra d’accélérer le transport conteneurisé vers les pays du Sahel et aura un impact fort positif sur l’industrie logistique. Sa réalisation entraînera non seulement la création d’emplois mais aussi des opportunités d’investissement pour le secteur privé.

Dans le cadre du Projet Corridor, Togo Invest projette de développer un port sec sur une superficie de 100 hectares dans les environs de Cinkassé visant à conteneuriser et à renforcer le corridor de transport entre Lomé et Cinkassé et la ville frontalière avec le Burkina Faso.

Ce concept de corridor pourra se concrétiser à travers la mise en place des infrastructures modernes de transport multimodal efficient, comprenant les infrastructures de transport maritime (Port Autonome de Lomé, Port de Kpémé pour le chargement du phosphate) ; le réseau routier ; le réseau ferroviaire ; ainsi que les aéroports (Lomé et Niamtougou) pour le transport aérien.

La perspective du développement des réseaux d’infrastructures de pointe offre aujourd’hui plus que jamais plusieurs opportunités pour les investisseurs, appelés à s’orienter vers ce secteur très porteur.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print